Les états d’âme du chroniqueur solitaire

f-dal-sasso-13

Dal Sasso

Je vous avais parlé dans ma dernière chronique d’une pile d’albums que je me faisais un devoir de commenter. La pile est toujours là et elle grandit même, mais le déclic se fait toujours attendre pour que je mette à l’ouvrage ! Bof !

En plus, depuis quelques temps, je m’interroge à propos du contenu de mes chroniques. Dois-je traiter un ou plusieurs concerts ? Unicité ou pluralité ? Ne croyez pas, comme le laisse entendre la « rédac ’chef », que je fais du remplissage. Je vous fais seulement part de ma réflexion du moment. Certains esprits chagrins pourront toujours me répondre qu’il est temps d’y penser au bout de trois ans de chronique, même pour un lectorat confidentiel !

Je vous ennuie ? Alors je vais vous parler des concerts auxquels j’ai assisté récemment et qui m’ont ennuyé. A tout Seigneur tout honneur, je commence par celui donné, mardi 11 Octobre, au New Morning par le quintet de Malkāpur Roy HARGROVE. Belle mise en place, belle exécution d’un répertoire post-bop mais pas de quoi soulever l’enthousiasme du moins le mien ! Seules les envolées du saxophoniste, http://bossons-fute.fr/?fimerois=site-de-rencontre-belge-ado&f4d=d6 Justin ROBINSON, nous ont épargné le naufrage de la platitude.

Deux jours après, soit le jeudi 13 Octobre si vous avez bien suivi, le quintet du batteur site de rencontre gratuit en direct au cameroun Jean My TRUONG se produisait au Studio de l’Ermitage à l’occasion de la sortie de son dernier album « Secret World ». Commentaire trop bavard du leader et musique sans surprise ! Seuls le trompettiste http://ascomfidibrescia.it/?otvratitelno=incontri-bbw-in-troina-%2F-draginai&4cd=ec Sylvain GONTARD et la projection d’une belle vidéo poétique illustrant l’idée force de l’album interprété m’ont sorti de ma torpeur. Je fus à deux doigts de me retrouver dans le « Truong des Bermudes » ! J’en connais une qui va être consternée par ce calembour.

Si, par contre, ma réflexion vous intéresse, sait-on jamais, je peux vous parler de concerts qu’il ne fallait pas manquer. D’abord, celui du quartet du batteur américain Mark GUILIANA, le mardi 18 Octobre au Duc des Lombards. Il s’agissait, là encore, d’un concert « sortie d’album », le dernier opus en question s’appelant Family First ». Une musique remarquable servie par des musiciens « haut de gamme », plaisanterie facile me direz-vous, et un Mark GUILIANA très inspiré qui nous a gratifiés, en fin de concert, d’un solo à tomber à la renverse. Quel plaisir !

Ensuite, si vous me suivez toujours, jeudi 20 Octobre, il y avait Christophe DAL SASSO au Studio de l’Ermitage pour un concert « sortie d’album ». Encore ! Hum, ça sent la répétition, je sais bien mais je vous assure que c’est juste un concours de circonstances.  En tous les cas, là aussi il fallait y être. Un quintet de jazz plus un trio de cordes d’inspiration classique. Des compositions et des arrangements de belle facture. Du DAL SASSO dans toute sa splendeur ! Au risque de faire des mécontents, je veux tout de même dire que j’ai été particulièrement impressionné par deux musiciens : le claviériste Pierre de BETHMANN, tout simplement génial au Fender Rhodes mon cher Harold (blague juste pour les connaisseurs) et le saxophoniste David EL MALEK. Waouh !

Alors unicité ou pluralité. Je vous laisse y réfléchir et moi, je retourne à ma pile en attendant l’illumination.

Ah pardon ! J’allais oublier, le dernier album de Christophe DAL SASSO s’intitule « Les Nébuleuses ».

A bientôt.

Olivier BENIZEAU

 

 

Please follow and like us:

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

CAPTCHA

*