Cap-Vert, BITORI aussi !

BITORI Anniversaire 3La 34ème édition du festival « Banlieues Bleues » a commencé le 3 mars dernier et se terminera le 31 Mars 2017.  Comme chaque année, ce festival fait la part belle au jazz mais il s’ouvre aussi aux « sons venus d’ailleurs ».

C’était le cas vendredi 10 à l’occasion du concert debout donné dans la salle des Malassis (on ne ricane pas) à Bagnolet 93, avec BITORI (Cap Vert) et les DJ NIGGA FOX et NIDIA MINAJ (Portugal) au programme.

Je vous le dis sans détour, je n’ai pas assisté au set des DJ. L’intensité sonore produite dès le début de leur prestation m’a contraint rapidement à renoncer. Qui a dit assourdissant ? !

Quant à BITORI, programmé en première partie, c’est un musicien allant sur 80 ans, son anniversaire lui a d’ailleurs été souhaité sur scène (alors 79 ou 80 Printemps ?), et considéré comme un acteur majeur du « funana », musique chantée et dansée née sur l’ile de Santiago au Cap-Vert. A l’origine le « funana » que certains disent proche du merengue dominicain, se jouait en duo, accordéon et ferrinho (un couteau de cuisine frotté sur une cornière en fer). Cette musique, prônant les valeurs de Justice et de Liberté au grand dam des colons portugais, qui a fini par se répandre sur l’ensemble de l’archipel cap verdien, a vu son instrumentation se moderniser après l’indépendance proclamée en 1975.

C’est Chando GRACIOSA, chant et ferrinho, qui a sorti de l’ombre BITORI dont l’enregistrement de 1997, considéré comme un chef d’œuvre du « funana », a été réédité par le label ANALOG AFRICA, connu des amateurs de musique africaine.

Devant un public venu nombreux et très réactif, BITORI, accordéon diatonique, était entouré, outre Chando GRACIOSA, de Danilo TAVARES, basse électrique et voix, Miroca PARIS, percussions et voix, et Toy PARIS, batterie et voix. Le groupe a interprété un « funana » dansant à souhait et pour le moins sous l’influence de rythmes africains et antillais. BITORI, avec son petit chapeau sur la tête, imperturbable tout au long du concert, a cependant paru, à la fin, ému par l’engouement provoqué par sa présence et sa musique. En tous les cas, il nous aura fait passer un moment musical enthousiasmant.

Olivier BENIZEAU

 

Condividi sui social

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

CAPTCHA

*