Urbi et Orvault

OrvaultSi vous n’avez pas entendu parler d’Orvault, charmante ville proche de Nantes en Loire Atlantique, ou bien vous êtes sourd ou bien vous êtes déconnecté de l’information audiovisuelle ou écrite ou même de « radio comptoir ».

Oui la messe est dite, par un concours de circonstances plus médiatique que géologique, la gare de Perpignan, chère à Salvador DALI, n’est plus le centre du monde, cette place est désormais dévolue à Orvault où s’est produit un fait divers sordide, la disparition inquiétante d’une famille. Cette affaire fait la une des infos, FILLON et « Marine » peuvent lancer l’anathème contre le gouvernement, François HOLLANDE, avec un flegme admirable, peut entendre siffler des balles pendant une allocution, MACRON peut monter dans les sondages, peu importe, nous avons droit matin, midi et soir au feuilleton d’Orvault. Allez consulter Internet, les informations sur Orvault arrivent heure par heure sur les sites des médias. La campagne des élections présidentielles françaises sert d’aimable bouche-trou. Le couac des services de sécurité du Président de la République passe quasiment inaperçu.

Voilà ce que donne le début presque imaginaire d’un journal télévisé, vous êtes priés de ne pas rire :

« Bonjour Mesdames, Messieurs, voici le sommaire de notre édition, Marine LE PEN et Emmanuel MACRON sont en tête des sondages, creusant l’écart avec les autres candidats, mais nous rejoignons tout de suite Marcel DUGLAND, notre envoyé spécial à Orvault.

– Alors Marcel, vous nous entendez, il y a du nouveau ?

– Oui, en effet, il y a à peine une heure, la Police Scientifique a découvert un poil de c… sous la boîte aux lettres de la maison de la famille disparue.

– Effectivement c’est un nouvel élément important qui va certainement faire avancer l’enquête. Marcel rappelez-nous dès que vous avez plus de détails sur ce nouveau rebondissement de l’affaire.

Nous revenons à l’actualité française…..»

Je n’ai qu’un mot à dire : « ARRÊTEZ ! »

En plus, je vais bien finir par me faire du mauvais sang pour cette famille disparue.

Gabriel BERARD

Condividi sui social

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

CAPTCHA

*